La maison brûle

J’habite dans un beau petit village, avec plein de gens différents, qui vivent normalement de manière très harmonieuse. Ma maison est située sur la petite Rue du Lys, dans le petit village de Saint-Castor. Ma famille et moi, on fait notre petit bonhomme de chemin et on est assez actif dans la communauté. Aujourd’hui, on a eu grosse journée et tout le monde dort paisiblement dans l’habitation que j’ai construit de mes mains. Malheureusement, la quiétude de notre vie est troublée par l’inattendu ! Sans crier gare, l’alarme d’incendie se fait entendre ! En panique, nous sortons de la maison. Malheureusement, on a pas été en mesure de sortir mémé de sa chambre. La pièce était trop loin et il y avait beaucoup trop de choses qui encombraient le corridor qui qui nous aurait permis de la sortir de là. Je sais, ma maison est un peu de la marde. Les rénovations, que j’ai faites durant les dernières décennies, l’ont rendu un peu bancale et mal organisé. J’ai été pas mal négligent, mais les circonstances ne me permettent pas de regretter mes mauvais choix.

Heureusement, j’ai un bon voisinage. Sans rien demander, Jacqueline et George, mes voisins d’en face, Édouard et Aline, ceux d’à coté, puis Mohammed et Marc, de l’autre bord, viennent me rejoindre. Puis bien d’autres citoyens, venant des rues à l’entours, sont sortis pour venir donner un coup de main. Il y a même le couple de jeune femme queer aux cheveux roses, qui habite au coin de la rue et que j’ai toujours un peu méprisé (maintenant à mon grand regret), qui est venu donner un coup de main, avec leur petit gars. Les gens se relaient pour tenter d’éteindre le tout, en utilisant ce qu’ils ont sous la main (des balles de neiges, des sceaux d’eau, des paniers en osiers, des tuyaux de jardinage, etc.) C’est quand même beau, comme effort collectif, même s’il y en a qui lance de l’eau à coté de l’incendie, d’autres qui disent que l’eau n’est pas si efficace que ça ou même certains qui se utilisent par erreur du gaz. On fait tous des erreurs.

Publicités

Malheureusement, c’était trop beau pour durer, parce que c’est ce moment que choisi la petite gang d’ados attardé composé de Steeve, Alain et Manon, qui se tient normalement dans le parc du quartier et normalement trop occupé à boire de la bière, fumer du weed ou insulter les passants, pour faire quoi que ce soit. Voyant les flammes, ils se sont dit que ça pouvait être divertissant, entre deux joints, d’aller voir ce qu’il se passait là. Les bras croisés, ils regardent les autres m’aider. Fine, on peut pas s’attendre à ce que tout le monde soit assez courageux pour affront le feu qui brûle. Mais, pour aucune bonne raison, ils se mettent à insulter les gens qui font tout pour nous aider à sauver ma maison. On dirait qu’ils veulent que le spectacle continue, même s’il y a des dommages collatéraux. Je comprends pas trop leur move, mais c’est suffisant pour convaincre des voisins de cesser de m’aider, certains se joignant même à eux pour nuire aux autres !

Comble de malheur, la gang à Stéphane, le gars qui s’est auto proclamé président d’un comité de quartier fantoche, arrive en sauveur et cherche à m’expliquer que je n’ai pas le droit de sauver ma maison, parce que ça brimerait les règles d’urbanismes du village. En bons fatigants qu’ils sont, lui, Samuel et Amélie, se sont mis à encourager les délinquant qui commençait même à s’interposer physiquement entre les voisins qui m’aidaient et la maison qu’on pouvait encore sauver. Pire, ils se mettent même à leur demander de l’argent, à Steeve et sa gang, mais aussi à mes autres voisins, pour qu’ils puissent se payer un mégaphone et augmenter la portée du message. Je suis abasourdi de les voir sortir carte de crédit, poignée de petit change et chéquier, pour donner des moyens à ce maudit gossant de Stéphane, de m’empêcher de sauver piaule.

Quand j’entends les sirènes des camions des pompiers volontaires, je ressens un regain d’espoir, devant cette situation qui devient de plus en plus incompréhensible. Enfin, de l’aide de professionnels, avec des outils adéquats. Les véhicules se stationnent, mes voisins laissent la place, avec soulagement, aux combattants du feu, qui sortent aussitôt les boyaux d’incendie et se mettent à asperger les flammes, sous les acclamations du publique.

Publicités

Mais là, c’est la consternation pour ma famille et mes voisins, qui commençaient à voir une lumière au bout du tunnel, quand, autant la gang à Stéphane, que la gang à Steeve, se mettent à piquer les tuyaux qu’utilisent les pompiers avec des aiguilles. C’est incompréhensible ! Des policiers accompagnaient le cortège de pompier, mais ces derniers les laissent faire, se contentant de leur dire que ce qu’ils font, c’est méchant. Ça cause des fuites, ce geste fait aucun sens, mais par force de courage, les courageux pompiers arrivent à maitriser l’incendie. Rien n’est réglé, mais je vais peut-être pouvoir récupérer quelques meubles…

Au moins, j’ai une assurance et presque tous les membres de ma famille sont vivants (désolé mamy). Avec honnêteté, je pensais avoir assisté au pire. J’étais loin de me douter que je n’étais pas encore arrivé au bout de mes malheurs et que j’avais peut-être vendu la peau de l’ours trop vite, parce que v’la tu pas qu’arrive Éric, le maudit fatiguant (un autre) qui travaillait comme morning man à la radio locale jusqu’à ce qu’il décide de se présenter comme maire du village. Je me dis que c’est peut-être pas si mauvais, que le peut-être future haut-magistrat de notre communauté, s’intéresse à mes malheurs. Mais, contrairement à les attentes que j’avais face à lui, il se met à dire aux pompiers qu’ils font pas bien leur job, que le feu est pas si pire que ça et que ma maison était laide, de toute manière. Qu’il serait temps qu’on abandonne enfin les règlements municipaux sur la protection contre les incendies et les normes de constructions qui empêchent l’industrie locale de la construction de créer des emplois. Cerise sur le gâteau, il se met même à encourager les connards qui empêchent les pompiers de bien faire sa job.

Pis, c’est là que je vois arriver les éboueurs, qui viennent de décider de bloquer le devant de ma maison, parce que le fait que ma maison brûle les empêche d’effectuer la collecte des déchets sur ma rue. Je crois que je vais commencer à me chercher une chambre de motel…

Publicités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s